Théodore Austin-sparks - La controverse et le conflit continuels - partie 2

Il est simple et évident d'observer que les trois premiers chapitres de la Bible ne se sont pas accomplis avant que tous les éléments de conflit et de controverse ne soient adressés.

Chapitre deuxième:

Et à partir de là, et à travers toute la Bible, ces éléments de conflit et de controverse sont rarement absents. Le Livre en est plein, jusqu'à ce que nous arrivions aux deux derniers chapitres. Et alors le conflit cesse, la controverse est résolue, et ceci, pour toujours. Mais, comme nous l'avons démontré dans le premier chapitre, le centre de la consommation, l'issue finale, la fin qui a occasionné cet énorme conflit depuis le début est ceci :

3 Et j'entendis du trône une forte voix qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.

Lorsque nous y regardons de plus près, il est des plus impressionnants de voir que tout ceci est en relation et centré sur une seule chose : la place de Dieu dans ce monde, et particulièrement Sa place parmi un peuple pour Son habitation. C'est ceci qui, comme on dit, est le sujet de dispute, qui est le point de mire de toutes les difficultés. C'est de cela qu'il est question au début dans le jardin, avec le premier couple. C'est une scène bien trop belle et réjouissante - pour un être exalté - de voir et d'observer Dieu marchant et parlant avec les hommes, ayant une communion bénie avec eux, dans une atmosphère de paix, de repos et d'ordre - ceci est une scène bien trop belle pour qu'elle ne soit assaillie. Une situation doit être créée, d'une façon ou d'une autre, qui déferlera sur cette communion, et, s'il est possible, essaiera d'y mettre fin ou du moins de l'interrompre, d'en écarter Dieu. C'était la situation alors - Dieu présent dans des conditions de communion avec les hommes. Beaucoup de choses peuvent s'ajouter à cela, mais là est le centre de la difficulté avec la première famille. Une famille jouissant d'une communion sainte et sacrée avec Dieu, est quelque chose qui ne perdura pas sans être assailli. Et alors, nous voyons cette famille comme jetée au milieu d'un conflit, et un frère en assassine un autre.

C'est là le point essentiel de la vie et de l'histoire de la nation élue, dans toutes ses différentes périodes et étapes. C'était le cas quand la nation choisie était en Égypte. Quelle était l'intention de Dieu ? Elle est décelée dans Son défi au Pharaon, roi d'Égypte :

16 et tu diras à Pharaon: L'Eternel, le Dieu des Hébreux, m'a envoyé auprès de toi, pour te dire : Laisse aller mon peuple, afin qu'il me serve dans le désert. Et voici, jusqu'à présent tu n'as point écouté.

Nous savons, par ce qui allait suivre, ce que cela signifiait - Dieu parmi un peuple. Et la grande controverse, le grand conflit en Égypte émergea de la prise de conscience, de la part des puissances hostiles, que si cela se concrétisait, Dieu aurait ce qu'Il a toujours désiré avoir, et ce désir doit être frustré à tout prix. Dieu amène les enfants d'Israël dans le désert afin qu'ils soient Son peuple, pour Son habitation ; mais alors qu'ils sont dans le désert, assemblés au pied de la montagne, et pendant que Moïse est sur la montagne, que se passe t-il ? Notez que Moïse est sur le point de recevoir le modèle du tabernacle, dans lequel l'Éternel va élire résidence au milieu de Son peuple, et pour ce tabernacle il y a un besoin d'or en tant que grand symbole de la nature divine ; et cet or a été ramené d'Égypte. Alors que Moïse s'attarde sur la montagne, que se passe t-il ? De nouveau, il y a ce défi par rapport au dessein de Dieu, l'or Lui est volé et transformé en veau afin d'être adoré à la place de Dieu !

Tout ceci fait partie d'une longue histoire. Et cela continue à travers toute leur histoire, quand ils sont sortis du désert et qu'ils sont entrés dans le pays. Salomon construisit le Temple, et Dieu y élut Sa demeure. Mais juste avant que ce Temple ne fût mis en évidence et construit, une autre terrible chose arriva. Il est dit :

1 Satan se leva contre Israël, et il excita David à faire le dénombrement d'Israël.

Nous connaissons l'histoire. Le dénombrement était, bien entendu, un peu de vanité - la vanité du coeur humain ; « compter des têtes », pour pouvoir dire : « quel grand peuple j'ai, et quel grand roi je suis ! ». Même un homme du monde, qui avait si peu, peut-être même aucun discernement spirituel- Joab - reconnut ceci et pressa le roi de n'en rien faire. Mais David insista et dut rendre compte à Dieu. Le résultat - la dévastation de la nation, alors que la peste sévissait parmi le peuple et le détruisait, jusqu'à ce que l'Ange de l'Eternel rencontrât David à l'aire d'Éternel Jébusien - et ceci devint le site du Temple.

Quelle lutte, quelle controverse sans relâche au sujet de cette « habitation de Dieu »! Le Temple est construit, et puis, alors que la nation est au sommet quant à la réalisation d'une habitation pour Dieu, celui-là même qui construisit le Temple tombe et fait une alliance avec celui qui est un autre dieu, en dehors d'Israël. Et en peu de temps, la nation est divisée en deux. La déchéance spirituelle s'accélère, et l'Eternel abandonne le Temple. La fin de ce mouvement est l'exil à Babylone : le Temple, Jérusalem, rejetés par Dieu ; un peuple en captivité. Après soixante dix ans, un reste revient à Jérusalem, et commence à reconstruire un temple. L'histoire est racontée dans ces deux livres que sont Esdras et Néhémie - et quels livres de conflit ils sont ! Nous retrouvons cet élément, comme si quelque chose ou quelqu'un avait dit : « Non, jamais, si nous pouvons l'arrêter ! » Et nous voyons, qu'en partie, ils parvinrent à leur fin, car nous lisons :

24 Alors s'arrêta l'ouvrage de la maison de Dieu à Jérusalem, et il fut interrompu jusqu'à la seconde année du règne de Darius, roi de Perse.

C'est dans cette atmosphère de conflit et de controverse que l'Ancien Testament se ferme. Lorsque nous arrivons au Nouveau Testament, comme nous l'avons vu dans le premier chapitre, Dieu parvient à l'accomplissement de ce qu'Il désire sous deux aspects. Premièrement, Il est incarné en Son Fils, étant « Emmanuel » - « Dieu avec nous ». Mais Sa présence provoque la controverse la plus amère, et ceci à propos du Temple. Tout est centré et tourne autour de ce Temple. Vous souvenez-vous de l'accusation principale qui le conduit à Sa mort ? c'était à propos de la destruction du Temple ! Il dit :

19 Jésus leur répondit : Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai.

Dans leur aveuglement quant à Sa véritable signification spirituelle, ils l'interprétèrent comme étant l'annonce de la destruction de ce grand Temple à Jérusalem. Bien sûr qu'il devait l'être ! Mais Ses paroles l'amenèrent à Sa mort. Quelques années plus tard, Etienne soulève à nouveau cette chose, et, dans des paroles qui sont pratiquement un écho de celles de Salomon, il déclare :

48 Mais le Très-Haut n'habite pas dans ce qui est fait de main d'homme, comme dit le prophète :

Et ces paroles déchaînent sur lui un orage de rage et de fureur. C'était là le point de mire de tout ce qu'il avait dit, et cela est très significatif. Finalement, quand le Christ personnel, après avoir été semé comme un grain de blé dans la terre, et étant mort, à été élevé en un aspect collectif de l'Église, afin d'être « l'habitation de Dieu » en réalité, quelle tempête est déclenchée ! C'est le signal de nouvelles attaques de ce terrible antagonisme.

L'HISTOIRE TRAGIQUE DES DIVISIONS

Et cela est à la racine de cette triste et tragique histoire à travers les siècles, de ces divisions et schismes, ces conflits, ces disputes et ces controverses parmi les chrétiens. La seule détermination est - Dieu n'aura pas cette habitation, si cela peut être empêché par n'importe quel moyen ; cela doit être stoppé ! Car il n'y a pas plus grande menace pour le royaume des ténèbres qu'un peuple de cet ordre : un peuple parmi lequel Dieu s'engage, parce qu'il Lui fournit un fondement pour qu'Il soit là - simplement être là en communion bénie. Nous croyons que nous vivons dans les « temps de la fin » ; et alors que la fin s'approche, malgré tous les efforts d'unions et d'affiliations etc., l'esprit de suspicion, de peur et de malentendu ne fait que s'intensifier. L'atmosphère de la Chrétienté en est imprégnée, et ceci apparemment, s'il est possible, jusqu'à ce que la moindre des choses souffre de division. Les différences se multiplient sans cesse.

Pourquoi y a-t-il tant de différences et de controverses dans le domaine d'interprétations et dans les relations entre chrétiens ? C'est cette chose, peut-être pouvez-vous dire que c'est à cause de ceci ou de cela ou bien encore autre chose ; peut-être pouvez-vous mettre en cause une des innombrables raisons qui créent des divisions, mais allons au coeur et à la racine des choses. Chacune de ces choses, qui peut être un prétexte, est en rapport avec cette seule vraie raison, qui englobe et gouverne tout : un peuple qui se tient en relation avec Dieu, qui Lui fournit ce qui est dans Son coeur depuis toute éternité - une habitation, une manifestation de Sa Personne parmi les hommes. Voilà le coeur de tout cela. Toute cette triste et terrible histoire est en relation avec cette idée corporative - au commencement, un homme et une femme, puis deux frères, ensuite l'espèce humaine, douze frères qui devinrent les douze tribus ; le modèle du Tabernacle, etc. Il y a toujours eu une détermination inexorable, chaque fois que cette manifestation devenait réelle, soit de l'empêcher d'être soit de la détruire. Le terrain d'attaque a toujours et sans cesse été le peuple de Dieu en communion spirituelle, avec Dieu parmi eux.

Ainsi, il est parfaitement évident qu'il existe une force, un système dans cet univers qui est amèrement antagoniste à la réalisation de ce propos éternel. Ce phénomène n'est pas une chose « naturelle ». Il est vrai que souvent il semble y avoir de bonnes raisons humaines ou naturelles pour cela. Mais regardons derrière tout ceci, et nous verrons que tout vient de ce domaine ou de cette hiérarchie qui est antagoniste à cette chose.

Et c'est cette unique chose. Nous parlons souvent de « l'Eglise militante », que voulons-nous dire par cette expression ? Eh bien, nos idées sont souvent objectives quand nous parlons ainsi. Nous pensons à l'Eglise lançant l'assaut sur l'athéisme, sur le paganisme, sur la mondanité, sur le mal, sur les mauvaises conditions sociales, sur les souffrances et leurs causes. C'est peut-être ce que nous voulons dire par « l'Eglise militante », mais aussi vrai et juste que cela puisse être, le fait est que cette « Eglise militante » trouve ses campagnes minées de l'intérieur - elle est battue avant de commencer le combat. Elle ne peut combattre comme un tout corporatif, parce qu'elle est déjà handicapée de l'intérieur par le manque d'expression de cette unique vie relative et corporative. Oui, l'ennemi s'est infiltré subtilement, et il a affaibli et paralysé « l'Eglise militante ».

Vous connaissez peut-être cette histoire de la vie de Spurgeon. Les élèves de son collège prêchaient leurs sermons d'essai devant lui, et un jeune homme choisit Ephésiens 6 comme sujet. En s'essayant à une grande éloquence et impression, il dépeignit le soldat, l'armure et lui-même s'en vêtissant ; et finalement, fin prêt, en toute hardiesse il s'avança et s'écria : « Maintenant, où est l'ennemi ? » Monsieur Spurgeon, assis dans l'assistance, mettant ses mains en porte-voix s'écria : « dans l'armure ! »

Cette histoire est vraiment appropriée. L'Eglise ne progresse pas « comme une armée puissante » - il n'est pas vrai que - « Comme une grande armée avance l'église de Dieu » ! [ Traduction d'un verset de l'hymne "Onward Christian Soldiers" ]

Ce n'est pas vrai qu'elle est:

4 Tu es belle, mon amie, comme Thirtsa, Agréable comme Jérusalem, Mais terrible comme des troupes sous leurs bannières.

10 Qui est celle qui apparaît comme l'aurore, Belle comme la lune, pure comme le soleil, Mais terrible comme des troupes sous leurs bannières ?-

Satan s'est occupé de cela ; il a fait de cette affirmation un mensonge. A quoi cela nous amène-t-il ? Nous devons prendre en considération autre chose que les facteurs humains et que les éléments naturels. Je ne désire pas ouvrir la porte à une préoccupation morbide concernant ce qui est diabolique, mais peut-être que dans nos craintes nous nous sommes trop tournés de l'autre côté. Nous devons soit accepter la Bible soit la rejeter; si nous l'acceptons comme elle est, nous devons accepter le fait qu'il existe un grand système spirituel satanique qui est sans cesse en mouvement, sans cesse sur ses gardes, et continuellement en activité ; surveillant toute opportunité et chaque terrain qui puisse être utilisé contre cette unique chose - l'absolue unité du peuple de Dieu, afin qu'Il obtienne une habitation qui soit à Sa mesure. Nous devons reconnaître ce grand royaume hostile, et nous devons définitivement le prendre en considération.

L'INSENSIBILITE QUANT A LA VERITABLE CAUSE

Il semble y avoir quelque engourdissement et insensibilité dans l'Eglise à ce sujet - un fait qui en lui-même peut être significatif. Quel chrétien, par exemple, ne connaît pas Ephésiens 6 ? La plupart d'entre nous pourraient probablement citer :

12 Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.

Qui ne connaît pas cela, en tant que mots, en tant que langage ? Mais qui a vraiment été piqué au vif quant à la réalisation de ce que cela veut dire pour l'Eglise - quant à la perception qu'en fait, cette parole est le résumé de la plus grande révélation concernant l'Eglise qui ait été donnée aux hommes ? C'est vers cela que l'apôtre progresse alors qu'il dévoile cette Eglise, quant à son élection dans l'éternité passée, quant à sa vocation céleste, dans sa marche ici-bas avec Dieu, et quant à son futur rôle éternel. A travers tout cela, il progresse jusqu'à ce point et il dit : Oui - mais, bien que tout cela soit vrai, alors qu'elle est bien le chef-d'oeuvre de Dieu, la plus grande chose jamais conçue, elle est aussi en même temps l'objet d'un intérêt et d'une attention hostile et antagoniste d'innombrables armées de mauvais esprits. Les « principautés, les autorités », les « dominateurs de ces ténèbres », la « puissance spirituelle de méchanceté », n'ont qu'un seul but : la destruction de cette Eglise, la division de cette Eglise. Nous sommes, dis-je, étrangement insensibles face à une telle révélation : nous ne sommes pas piqués au vif jusqu'à la réalisation quant à sa signification.

Si tout cela est vrai - et si vous essayez d'ignorer cela, vous en éprouverez les plus grandes difficultés, car, comme je le dis, la Bible, des premiers chapitres aux derniers, est pleine de controverses et de conflits quant à Dieu recherchant une habitation parmi un peuple - si cela est donc vrai, nous devons nous adapter, nous devons adopter une nouvelle attitude, et faire face au fait que ces puissances hostiles ne sont pas uniquement préoccupées par l'Eglise tout entière, à la diviser en tant de sections, mais qu'elles s'acharneront jusqu'aux deux derniers chrétiens ! Elles commencèrent avec les deux premiers, et elles persévèreront dans leur but diabolique, jusqu'à ce qu'elles parviennent à créer une brèche et à séparer les deux derniers croyants.

Cela étant dit, nous devons nous adapter aussi au fait que toute division, tout anéantissement de communion, ne doivent pas être finalement mis à la charge de quelques facteurs humains ou naturels. Ceux-ci peuvent être le prétexte ou la cause immédiate, mais, derrière cela, il y a beaucoup plus. Nous sommes engagés dans un terrible conflit quant à cette vérité de relation spirituelle - bien plus puissant que notre habilité à le vaincre ou à pouvoir y faire face. Et c'est précisément ici que les paroles de cette grande lettre viennent à notre aide, alors que l'apôtre prie le Père :

16 afin qu'il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur, 17 en sorte que Christ habite dans vos coeurs par la foi; afin qu'étant enracinés et fondés dans l'amour, Lire la suite

Oui, nous devons prendre en compte ces forces hostiles, et nous adapter par rapport à celles-ci d'une façon nouvelle. Nous devons réaliser ce qui se passe, ne pas tout juger à la lumière de causes secondaires, mais en allant derrière tout cela jusqu'à la cause primaire, dans cet autre domaine du mal.

Dieu est saint : le lieu de Son habitation doit être saint. Si cette division est l'oeuvre de Satan, alors c'est impie. La touche d'impiété veut dire que Dieu ne peut pas Se consacrer à ce qui Le divise. L'apôtre crie aux Corinthiens :

13 Christ est-il divisé ? Paul a-t-il été crucifié pour vous, ou est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés ?

Et je pense qu'il y avait un ton scandalisé dans sa question - c'est impensable ! Christ n'est pas divisé ! Aussi Il ne peut pas, étant un seul Dieu, s'engager là où il y a division. Le Saint-Esprit est un seul Esprit : l'apôtre nous dit :

4 Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation;

Il n'y a pas autant de christs, autant d'esprits saints qu'il y a de croyants. Nous n'avons pas un Jésus et un Esprit Saint privé et personnel. Nous ne L'avons et ne Les avons qu'en commun, et il n'y a pas d'autres façons d'avoir le Seigneur.

LA CLEF DE L'UNITE

Maintenant, nous devons trouver la clef de cette unité, de cette identité. Et dans ce même passage, l'apôtre en parle comme étant:

3 vous efforçant de conserver l'unité de l'esprit par le lien de la paix.

L'unité de l'Esprit - là est la clef. Notre affinité, notre unité, n'est pas une chose intellectuelle. Ce n'est pas comme si, après avoir passé des vérités et des méthodes au crible, et après avoir eu beaucoup de discussions et argumentations, nous étions maintenant parvenus à quelque mesure d'entente et étions alors unis ! Ce n'est pas là que cette chose commence, ce n'est pas du tout la base de notre unité. Même dans les vérités évangéliques, nous ne parvenons pas à l'unité en argumentant intellectuellement. Nous n'y parvenons pas en participant à quelque entreprise, en nous occupant d'une même oeuvre ou d'un même intérêt - voyant que quelque chose peut être fait, et en nous unissant afin de l'accomplir. L'histoire d'oeuvres chrétiennes raconte comment ces entreprises échouent, n'arrivent pas à terme, lorsqu'elles doivent faire face aux forces de l'ennemi. Non, nous ne sommes pas un de cette façon. Nous ne sommes pas unis par les sentiments - par ( puis-je utiliser ce mot ? ) « la flatterie », par de belles paroles, fermant les yeux sur ce qui ne va pas ; ceci non plus n'est pas la base de l'unité. Ce n'est pas une unité d'idéaux, et certainement pas une unité de prétention. Qu'est-ce donc ? C'est, comme la Parole nous le déclare ici, l'unité de l'Esprit ; du Saint-Esprit. Comme je l'ai déjà dit, il n'y a pas autant d'esprits saints qu'il y a de croyants. L'apôtre dit :

13 Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d'un seul Esprit.

Cette unité est tout d'abord rudimentaire, et ensuite elle est progressive. Elle est rudimentaire alors que nous partageons notre vie commune. Oh! que nous prenions plus à coeur cette réalité fondamentale ! Nous savons que cela est vrai. Si nous étions éparpillés à travers le monde, rencontrant peut-être un chrétien sur cent mille, cette vérité deviendrait très réelle. C'est vraiment une grande chose - généralement - de rencontrer un chrétien ! Vous ne soulevez pas immédiatement de questions d'ordre ecclésiastiques, d'ordre doctrinal, etc. ; vous trouvez simplement quelque chose en commun. Et si nous restons sur ce terrain, nous pouvons aller loin. Nous reconnaissons un chrétien, un vrai chrétien, n'importe où dans le monde, sans présentation. La présentation est à l'intérieur ! C'est quelque chose de fondamental : nous partageons la même vie, nous avons un seul Saint-Esprit au sein de nous tous. Voilà la réalité fondamentale de l'unité, si seulement nous y portions plus d'intérêt.

Ensuite, cette unité est progressive : elle augmente, elle se développe ; elle procède et progresse en vivant par l'Esprit. Cette unité est nourrie par la vie dans l'Esprit, par une vie gouvernée par l'Esprit Saint en nous. Bien que cela ait été dit maintes fois, c'est une question sur laquelle nous devons insister : si seulement vous et moi, personnellement, vivions vraiment des vies gouvernées par l'Esprit Saint en nous ; quelle grande différence cela ferait ! Car Il est l'Esprit de vérité ; et si nous, en tant qu'enfants de Dieu nés d'en haut, habités de l'Esprit Saint, nous le connaissions gouvernant notre esprit et notre conscience intérieure, supposons que nous ayons une fausse idée à propos d'un autre enfant de Dieu, ce ne serait pas long avant que nous ne sachions dans nos propres coeurs, que l'Esprit Saint n'est pas en accord avec cette notion. Nous entendons quelque chose à propos de quelqu'un - un faux rapport, une fausse rumeur - et l'acceptons. Mais des rapports qui sont apparemment vrais, et qui viennent de sources des plus « authentiques » et des plus « fiables », peuvent être néanmoins faux ; et nous pouvons savoir cela dans nos coeurs par l'Esprit Saint. Et le gouvernement du Saint-Esprit sera une protection contre une quelconque division, tension, contre une cassure dans la communion, qui ne devrait jamais être, car cela est fondé sur un mensonge - cela peut même être un beau mensonge ! Nous pourrions passer beaucoup de temps là-dessus.

L'unité - la communion - est ainsi progressive sur la base d'une vie dans l'Esprit. Et vous et moi, en tant que peuple de Dieu, sommes appelés à vivre dans l'Esprit, à marcher par l'Esprit, à connaître la voix de l'Esprit, l'instruction et l'enseignement intérieurs de l'Esprit. Cela nous prend beaucoup de temps d'apprendre ceci de façon adéquate, mais c'est une grande réalité qui devrait commencer à notre régénération - la conscience d'une nouvelle norme de valeurs, des choses qui diffèrent, de ce qui est bien ou mal, de ce que nous devrions faire et ne pas faire, de savoir comment nous devrions parler et ne pas parler - tout ceci devrait être inné en nous dès notre nouvelle naissance. Et cela devrait s'accroître sans cesse. Ainsi uniquement sera détruit cet autre royaume maléfique, ses oeuvres contrées, et ainsi sera l'Eglise « redoutable comme des troupes sous leurs bannières ». C'est uniquement ainsi que Dieu trouvera le lieu qu'Il recherche, là où Il pourra Se donner, demeurer et Se révéler.

Une grande bataille fait rage, et cette bataille n'est pas seulement une question de conceptions, d'interprétations et de présentations différentes de la foi chrétienne. Derrière tout cela, il y a cette bataille entre cette grande intention de Dieu et l'opposition qui lui est faite de par un grand adversaire. Que Dieu nous aide à avoir nos yeux ouverts à tout ceci, et à être absolument certains quant à notre position par rapport à ce combat.

----
Source : http://www.eglisedemaison.com

Mis en ligne le 25 janvier 2005
Vos commentaires (1)
Pour écrire un commentaire, vous devez vous identifiez ci-dessous.
  • tantely
    tantely - La controverse et le conflit continuels existent toujours sur terre tant que notre chair est chair. Jésus Christ nous a donné la clé de les combattre: porter sa croix continuellement et crucifier les passions de la chair sur sa croix. Connaissant notre faiblesse, nous ne pouvons rien faire sans notre Seigneur. Nous sèmerons dans les pleurs mais nous moissonnerons dans la joie. Gloire à Dieu. Amen !
    Répondre · le 28 septembre 2011, à 08h29

Nous sommes rendus à :

0 5 5 1

pionniers sur les 1000

Notre objectif est de réunir 1000 frères et soeurs qui soutiendront emci tv en donnant 35 $ /mois ou plus.
PUBLICITÉ
Vous aimerez aussi
Miki Hardy
Découvrez le coeur de Jésus pour ses brebis et le coeur que nous sommes appelés à avoir en tant que chrétiens. Le coeur de Dieu pour Son peuple, c'est que l'on prenne soin de lui. Il e...
Mis en ligne le 09 avril
David Wilkerson
Il est temps de pleurer et de nous lamenter pour les bergers qui gardent les brebis du Seigneur. Pleurez pour les pasteurs, les évangélistes, les prophètes et les docteurs, car Dieu est sur le point
Mis en ligne le 03 juillet 2004
Olivier Derain
Il y a quelque chose que nous ne pourrons jamais changer : Le temps ! Le chronomètre de notre vie s'est mis en marche le jour où nous sommes...
Mis en ligne le 27 mars 2010
Portes Ouvertes
Dans Bangui, même les camps de réfugiés ne sont pas épargnés par la violence qui secoue la capitale. Le mercredi 29 janvier, dans la soirée, des membres de l'ancienne coalition Seleka...
Mis en ligne le 04 février