Abraham Gadji - Réflexions sur l'exercice du leadership chrétien dans une église

La particularité du leader chrétien

Le leader (conducteur) doit savoir qu'il est différent. A l'origine, Dieu donne des talents différents aux uns et aux autres (Mat. 25/ 14-30) en fonction de leur capacité. Dans ce passage, les talents des deux premiers ont été utilisés à 100%. Dieu veut que ce qu'il nous donne soit mis en valeur avec le plus d'engagement et si possible à 100%.

Jésus dit que nous sommes la lumière du monde, donc nous devons être de ceux qui prennent les initiatives, qui montrent le chemin. Malheureusement, par paresse, par tradition, par fausse humilité nous refusons la place que le Seigneur voudrait nous voir occuper, la place qui nous est réservée. Mettre en valeur ce qu'on a ou ce que Dieu nous a donné n'est pas synonyme d'orgueil mais plutôt de reconnaissance au donateur.

Le monde est à la recherche des vedettes, des leaders, des modèles. Donnons-leur l'occasion de nous voir comme les véritables modèles dont ils ont besoin. Plus nous donnerons ce que nous avons reçu du Seigneur, mieux nous recevrons ce que Dieu nous promet. Car, affirme la Parole de Dieu, on donnera toujours à celui qui a et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera ce qu'il croit avoir.

Plusieurs refusent de s'engager comme leader, parce qu'ils ne veulent pas payer le prix. Le leader a des préoccupations différentes de celles des autres. Si on a un semblant de conflit entre le ministère et le travail, c'est que Dieu veut que nous mettions l'accent sur le travail pour soutenir le ministère, si du moins nous sommes honnêtes avec Dieu.

Quels sont les objectifs du leader chrétien ?

Les objectifs du leader chrétien sont :
- susciter la foi dans le coeur du peuple qu'il conduit
- amener les autres à croire en eux-mêmes
- donner de l'amour qui comble un besoin spécifique.

Il faut savoir que le monde a besoin des gens qui prennent des initiatives. Cela se voit un peu partout. Les grands patrons ou les cadres des entreprises font appel à des coaches pour booster le personnel de l'entreprise.

41 Le Philistin s'approcha peu à peu de David, et l'homme qui portait son bouclier marchait devant lui. 42 Le Philistin regarda, et lorsqu'il aperçut David, il le méprisa, ne voyant en lui qu'un enfant, blond et d'une belle figure. Lire la suite

Le monde a besoin des héros, et l'église aussi a besoin des leaders qui ont réussi (dans tous les domaines). Le leader libère l'onction, l'amour et le caractère. Il suscite ou active aussi la foi de ceux qu'il conduit.

(L'exemple d'un DG d'une grande entreprise qui a rendu visite à un de ses ouvriers malade. Cette visite a rapidement remonté le moral du malade et créé un effet positif dans le rendement des ouvriers).

Le leader communique toujours une vision. Il est un catalyseur qui amène vers un objectif, une vision. Même dans le désert, dans la brousse, il voit un chemin à suivre. Le leader arrive à découvrir les talents et les qualités qu'ont les autres autour de lui. Les gens ont besoin qu'on leur dise ce qu'ils doivent faire.

15 Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s'ils ne sont pas envoyés ? selon qu'il est écrit : Qu'ils sont beaux les pieds de ceux qui annoncent la paix, de ceux qui annoncent de bonnes nouvelles !

Le leader a quelque chose à transmettre. Ce qu'il donne ne se voit pas, mais porte des fruits. Le leadership est nécessaire dans la société et encore plus dans l'église. Les leaders sont les amis de Dieu.

Les quatre aspects de l'autorité

Il est important de savoir que toute autorité a des limites, qu'il faut absolument connaître si l'on veut éviter les abus de toute sorte.

En tant que leaders, nous ne devons obliger en aucun cas les individus à suivre les principes que nous pensons être les meilleurs.

En voulant atteindre les objectifs (même inspirés par Dieu) nous pouvons, sans faire attention, nous transformer en tyrans parce que nous franchissons notre zone d'autorité.

En toute chose, il faut connaître ce qu'est le positionnement de l'âme, car il n'y a pas de limites dans le monde spirituel. Il ne faut donc pas positionner son âme sur un groupe dont on n'a pas l'autorité. Positionner son âme, c'est influencer positivement ou négativement. L'âme positionnée est un canal ouvert pour recevoir. Penser à quelque chose fortement libère l'énergie. Positionner son âme sur le groupe dont on n'a pas l'autorité est assimilable à une pratique de la sorcellerie qu'on pourrait appeler « sorcellerie charismatique ». En fait, lorsqu'une personne qui a une autorité inférieure doit parler, elle doit le faire avec respect. Elle doit faire connaître ses points de vue sous forme de suggestions, en se gardant de donner des leçons ainsi qu'il est écrit dans:

1 Ne réprimande pas rudement le vieillard, mais exhorte-le comme un père; exhorte les jeunes gens comme des frères,

S'il s'agit de l'intercesseur, il doit se garder de manifester une quelconque autorité et influence sur le leader. Son rôle étant de couvrir par les prières son conducteur spirituel, et d'élever autour de lui une muraille spirituelle. Il ne doit pas chercher à contrôler d'une manière ou d'une autre le leader. Il ne doit jamais chercher à faire passer sa vision ou à imposer sa vision au leader. Car, si une âme bien positionnée peut être une arme pour le royaume de Dieu, une âme mal positionnée est contre le royaume de Dieu.

La victoire dans les conflits d'influence

Les conflits se manifestent partout où les êtres s'organisent, travaillent à la réalisation de certains projets. Les conflits révèlent la vitalité du groupe, ils ne sont pas suscités par des personnes inexpérimentées, mais plutôt par les anciens qui pensent en savoir un peu plus que le leader établi.

C'est pourquoi, le leader doit faire en sorte de garder sa place de leader en mettant en exergue la vision. Il doit savoir garder la vision et l'autorité reçues. Toute action ou parole tendant à minimiser, à banaliser, ou pire à mépriser l'autorité, est lourde de conséquence. Cependant, si pour plusieurs raisons, le leader se trompe, les collaborateurs doivent recourir à la prière et ne jamais le défier ou l'affronter.

1 J'exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, 2 pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. Lire la suite

11 Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu'il était répréhensible.

Si, à l'issue des prières d'intercession en sa faveur, aucune transformation ne se produit, les collaborateurs sont libres de quitter le conducteur spirituel.

Que faire, si le leader est confronté à des cas de révolte ou de rébellion, comme ce fut le cas de Qoré, Datan et Abiram dans Nombres 16.1-35 ? Le leader offensé doit rechercher la direction de Dieu, comme Moise l'a fait. Il ne doit pas se précipiter à prendre des décisions, sans avoir reçu les instructions du Seigneur. Il doit ensuite approcher les révoltés ou les rebelles, pour les ramener sur la bonne voie. Car il se peut que le leader ait, par négligence, confié la totalité de son autorité à son adjoint. Dans ce cas, il arrive souvent que les deux se battent pour garder le pouvoir ou le contrôle du groupe. Le leader aura toujours besoin de consulter Dieu pour connaître sa direction.

Mais, quoi qu'il en soit, il est plus important d'éviter les luttes pour le pouvoir que de les gagner. Le leader doit enseigner aux autres placés sous son autorité les règles de la délégation de pouvoir. Il ne doit confier le pouvoir qu'à celui ou à ceux en qui il a confiance. Celui qui assure l'intérim doit connaître les limites de l'autorité qui lui a été confiée. Ainsi, il doit rappeler constamment la mission dont il a été chargé, dire le nom du leader de l'organisation dont il assure l'intérim en son absence. Cependant, la personne choisie ne doit pas prendre possession du groupe. Il doit faire un rapport régulier sur l'évolution du groupe au leader principal absent. Celui-ci lui donnera des instructions.

Celui qui a été nommé sur un groupe par le leader principal doit respecter la constitution du groupe. Il doit étudier le groupe avec patience. Il doit éviter de faire ou de provoquer des comparaisons entre lui et celui dont il assure l'intérim. Il doit faire en sorte que les membres du groupe ne fassent pas de comparaisons entre lui et le leader principal absent.

Le leader doit, dans tous les cas, éviter de nommer rapidement les gens. Il doit s'organiser à être productif. Il doit faire travailler tout le monde. Tout le groupe doit être soumis à son autorité. Chaque collaborateur du leader doit positionner son âme par rapport à son domaine. Le leader doit être persévérant. Il ne doit pas abdiquer sa tâche, sauf instruction contraire du Seigneur. En clair, le leader doit s'attacher aux idées suivantes :

Le leader doit être sûr de lui. Il doit être certain de la vision et de son onction et savoir les communiquer à tous.
Le leader doit être légitime dans l'exercice de son autorité, lorsque celle-ci est exercée dans sa sphère d'influence.

13 Pour nous, nous ne voulons pas nous glorifier hors de toute mesure; nous prendrons, au contraire, pour mesure les limites du partage que Dieu nous a assigné, de manière à nous faire venir aussi jusqu'à vous.

3 Par la grâce qui m'a été donnée, je dis à chacun de vous de n'avoir pas de lui-même une trop haute opinion, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun.

Il ne doit pas imaginer sa sphère d'influence, mais il doit être réaliste dans son appréciation concrète.
Il doit être conscient de franchir des étapes dans l'exercice de son autorité. Et il ne doit pas aller au-delà de cette son autorité, aux risques de s'exposer aux représailles de tout genre, y compris aux représailles spirituelles.
Il ne doit pas utiliser son autorité pour combler ses limites ou insuffisances spirituelles, émotionnelles, morales ou intellectuelles. Un leader spirituel doit avoir fini avec le passé.

Quelques recommandations utiles
- éviter le complexe de supériorité ou d'infériorité
- savoir que notre autorité vient de Dieu
- assumer son autorité avec sérieux et sans complaisance
- assumer sa responsabilité en commençant là où nous sommes établis.
- savoir remplir correctement sa mission de manière progressive, et faire aujourd'hui ce qu'on est capable de faire aujourd'hui.
- savoir s'occuper de ceux qui sont sous son autorité dans son domaine d'influence.

Croire en l'onction en soi

Chacun doit savoir ce que Dieu lui a donné. A chaque onction correspond une responsabilité. A chaque personne est départie une mesure de foi, une responsabilité particulière. On ne peut s'improviser leader. On manifeste simplement ce qu'on est.
Le leader doit développer une capacité de gestion, d'anticipation et d'intuition sous l'inspiration du Saint-Esprit.

L'onction en nous permet d'avoir les yeux ouverts, les oreilles ouvertes sur les choses que les autres ne savent pas.

L'intuition et la logique sont complémentaires. L'onction agit en nous et permet d'évoluer. Nos messages et nos interventions dans une Église, dans une cellule, doivent être préparés d'avance.

L'onction stimule les fonctions naturelles d'un leader chrétien, de sorte qu'il puisse travailler avec plus d'efficacité et de rendement.

Le leader doit développer une certaine communion avec ceux sur qui il est établi. Car, quand un leader ne porte plus sa brebis dans son coeur, celle-ci disparaît de sa communauté. En d'autres termes, ne pas porter sa brebis dans son coeur, c'est livrer celle-ci à la perdition.

23 Garde ton coeur plus que toute autre chose, Car de lui viennent les sources de la vie.

C'est pourquoi, il faut absolument éviter le syndrome de la porte tournante, c'est-à-dire le fait que des personnes entrent et d'autres sortent de la communauté.
Par notre coeur nous pouvons lier ou délier des âmes mais nous devons le faire dans notre sphère d'influence. (2 Cor. 10).

12 Lorsque j'étais avec eux dans le monde, je les gardais en ton nom. J'ai gardé ceux que tu m'as donnés, et aucun d'eux ne s'est perdu, sinon le fils de perdition, afin que l'Ecriture fût accomplie.

Le leader exerce une couverture spirituelle sur les brebis en portant à coeur ces brebis. Mais une brebis exerce aussi sur elle-même une couverture spirituelle.
Cette couverture spirituelle est aussi une réalité dans la cellule familiale (pour le père et la mère). A suivre.

Mis en ligne le 06 janvier 2008
Vos commentaires (12)
Pour écrire un commentaire, vous devez vous identifiez ci-dessous.
  • Bnek
    bnek - merci......... Amen
    Répondre · le 01 août, à 15h53
  • sath
    sath - excellent enseignement que le Seigneur Jésus vous remplisse d'avantage
    Répondre · le 04 décembre 2012, à 16h50
  • arlemc
    arlemc - Merci pour cet enseignement
    Répondre · le 24 novembre 2012, à 17h00
  • ngemba
    ngemba - c'est nourrissant cet enseignement. Que Jésus Christ comble encore son prisonnier!
    Répondre · le 19 novembre 2012, à 10h34

Nous sommes rendus à :

0 5 5 1

pionniers sur les 1000

Notre objectif est de réunir 1000 frères et soeurs qui soutiendront emci tv en donnant 35 $ /mois ou plus.
PUBLICITÉ
Vous aimerez aussi
Oswald J. Smith
Le meilleur moyen de raconter l'histoire de ce que Dieu a opéré parmi nous actuellement, sera de citer des extraits de mon journal, l'espace ne permettant pas un récit plus complet. Ma...
Mis en ligne le 05 août 2004
Joel Spinks
Nous avons l'autorité de changer le climat spirituel de nos vies. L'onction c'est la présence libératrice de Dieu, qui vient détruire les jougs (la domination) du péché, de la maladie, des o...
Mis en ligne le 28 mars 2012
Philippe Joret
Le but de cette leçon est de développer une communion qui dépasse le cadre d'un moment de prière. L'école de la présence continuelle de Dieu est l'un des trésors les plus précieux de la Vi...
Mis en ligne le 28 mars 2005
Jeremy Sourdril
Nous avons établi le fondement que la prière à elle seule ne pouvait rien accomplir. Au contraire, elle a, si elle est mal pratiquée, la possibilité d'assécher la vie spirituelle de ceu...
Mis en ligne le 27 mars